• Accueil
  • > Lu dans la presse
  • > Lettre à un SDF (Guéorgui Gospodinov) – Article du Courrier International p. 50, n° 1054

Lettre à un SDF (Guéorgui Gospodinov) – Article du Courrier International p. 50, n° 1054

Posté par lespritailleur le 18 janvier 2011

« Cher…

je laisse ces points de suspension parceque je ne connais pas ton nom, ni ton adresse postale – tu n’en as pas d’ailleurs. Que va-t-il se passer si j’adresse ce pli au « sans-domicile-fixe du square derrière l’église russe de Sofia, troisième banc à gauche »?
 Est-ce qu’un postier fera l’effort d’y déposer ma lettre ? J’en doute. C’est pour cela que je la publie ici, dans l’espoir secret que par des voies impénétrables elle arrive un jour jusqu’à toi.Car, où que tu sois, cher sans-domicile-fixe, cette lettre est pour toi. Toi qui traînes dans les squares et les passages souterrains de Sofia; toi qui grelottes en ce moment devant la gare de Friedrichstrasse à Berlin – je ne t’ai pas oublié. Toi, cher SDF, croisé sur cette petite place à Rome, près du Colisée, la Piazza della Madonna dei Monti. Toi et tout ton groupe bruyant – je vous ai rencontrés un matin sur le terre-plein du boulevard Richard-Lenoir à Paris.Vous veniez de ranger vos matelas et vous buviez à même la bouteille votre première gorgée de vin de la journée tout en jouant à la pétanque. (…).Lorsque cette lettre vous parviendra, Noël sera sûrement déjà. Mais pas l’hiver.

Voilà j’écris cette lettre de Bulgari, où j’ai une maison; un boulot aussi, d’une certaine façon. J’ai commencé à m’émouvoir du sort des SDF il y a une dizaine d’années. Chaque fois que je les vois, je me fige dans la rue. L’un d’eux est devenu le héros d’un de mes romans: c’est le SDF qui passe ses journées sur une chaise à bascule. Je lui ai donné mon nom.

Chaque fois que nous célébrons la tombée de la première neige (…), je pense aux SDF. (…). Je marche maintenant lentement le long de la rue Graf Ignatieff (…) à travers tout ce kitsch commercial, entouré de Pères Noël mécaniques qui gigotent. La rue est bondée de personnes qui font leurs courses. Je trouve que l’Homo shopping est une espèce biologique à part, une sorte de régression temporaire dans la nature humaine. »

Une Réponse à “Lettre à un SDF (Guéorgui Gospodinov) – Article du Courrier International p. 50, n° 1054”

  1. Cette lettre fait écho à une lettre que j’ai écrite en 2009.
    En tombant aujourd’hui sur cet article ça m’a réchauffé le cœur de savoir que d’autres personnes, et en l’occurrence un grand romancier bulgares, partagent cette même opinion.

    J’aime bien cette formule de l’Homo shopping. C’est vrai que c’est un des maux de ce siècle. Au lieu de faire du lèche vitrine, nous pourrions apporter du réconfort,du matériel, de la chaleur humaine aux personnes vivant dans la rue.

    Qu’est-ce qui me choque le plus: que des gens dorment sur le trottoir ou bien l’indifférence des gens au chaud chez eux ?A vous de deviner…

Laisser un commentaire

 

Encrage |
LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE... |
sitehgeo4 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dra. Monica Guia
| citoyen
| Petite écologie d'un insect...